AEFE | Lycées français d'Afrique

Portail Afrique

Accueil > Ressources > Porfolio des enseignants débutants > Pédagogie et didactique > Pédagogie générale > Les transitions entre les activités

Les transitions entre les activités

LES MOMENTS DE TRANSITION. Adapté d’après un document de Blaise VIAIRON – CPC ANG SUD

OBJECTIFS :

  • Ne pas faire des activités scolaires une succession ininterrompue de tâches mises bout à bout.
  • Relancer la motivation des élèves.
  • Faire des pauses pour permettre un relâchement salutaire de la concentration avant de se reconcentrer sur une nouvelle tâche.
  • Éviter les « temps morts », sources d’agitation et de bruit dans la classe.
  • Donner aux élèves un espace de « liberté contrôlée ».
  • Maintenir un rythme de travail satisfaisant (réduire les comportements perturbateurs).
  • Débuter la journée en construisant un climat de travail favorable : mise en train, mise en confiance, mise en projet…
  • Profiter de ces transitions pour faire des activités « exceptionnelles ».

LES TRANSITIONS

Les moments d’arrêt ou de changement entre les activités doivent être anticipés pour éviter quelques débordements pouvant être provoqués par une directive inadaptée de l’enseignant et une lassitude des élèves qui n’ont pas de temps pour « souffler » et de se préparer (psychologiquement et matériellement) à la nouvelle tâche.

UN PREMIER GESTE PROFESSIONNEL INCONTOURNABLE : ANTICIPER

Le cahier journal ou la fiche de préparation permet de noter tout ce à quoi l’enseignant doit penser en termes de clôture de l’activité, transition puis ouverture de la nouvelle.

UN DEUXIÈME GESTE PROFESSIONNEL À ACQUÉRIR PROGRESSIVEMENT : S’EN TENIR STRICTEMENT AU TEMPS PLANIFIÉ POUR UNE SÉANCE (45 min en règle générale).

Ne pas déborder, ne pas « délayer », ne pas laisser s’installer des temps où chaque élève fait quelque chose de différent.

UN TROISIÈME GESTE PROFESSIONNEL INCONTOURNABLE : L’ENSEIGNANT ATTEND L’ATTENTION DE TOUS LES ÉLÈVES AVANT DE PARLER (et ne parle pas au milieu du brouhaha…).

Eviter Mais plutôt
Les changements d’activités trop longs.

Les moments où une nouvelle activité commence alors que certains élèves n’ont pas achevé la précédente.

Toute activité doit se clore. (Cf. invariants M. Bourbao)

Annoncer le temps restant avant le changement d’activité.

La nomination d’un élève « horloger » ou « maître du temps » à partir du CE2 est possible.

Préciser aux élèves le temps accordé au changement d’activité (rangement des cahiers, rangement du matériel de la précédente activité, préparation du matériel de la suivant).

De revenir à l’activité précédente quand la nouvelle est engagée « j’ai oublié de vous dire durant la dictée d’apprendre les mots suivants en devoir… Différer cette information.

Trop d’informations parasites perturbent les élèves et la compréhension de la nouvelle tâche s’en trouve particulièrement affectée.

Les changements d’activité trop brutaux.

Du genre : « fermez votre cahier de français et votre livre de lecture, prenez votre cahier et votre livre de mathématiques, écrivez la date…  ».

Attendre que tous les élèves aient rangé leur matériel de français et faire une transition en annonçant que l’on fera les mathématiques dans 5 minutes.

Faire du pas à pas :

« Rangez vos ardoises et regardez-moi. »

Rappeler calmement (et gentiment, ce n’est pas interdit) à l’ordre les élèves qui ne respectent pas la consigne.

Cela peut se faire de façon indirecte pour éviter de stresser inutilement les élèves : « Ah, je vois que 18 élèves sur 25 sont prêts, c’est bien… maintenant 20 sur 25, c’est mieux, on y est presque… Voilà, tout le monde est prêt. Bravo à tous pour votre rapidité mais vous pouvez mieux faire la prochaine fois. ».

La mise en place du matériel au dernier moment. Préparer le matériel nécessaire et la procédure de transition. Transmettre les consignes pour les déplacements, pour l’utilisation du matériel, énoncer les étapes de la tâche d’apprentissage ainsi que la durée…
Les longues tirades, les discours « fleuve », les consignes à rallonge, les consignes multiples « à tiroirs ».

Les interventions orales « décalées » ou hors contexte pendant que les élèves sont concentrés sur une tâche.

Les interventions orales de l’enseignant doivent être minimales et séquentielles, concises et doivent être faites uniquement lorsque tous les élèves en sont à un même point d’étape, attentifs : « Dans 5 minutes nous allons commencer une nouvelle lecture mais je vais d’abord vous montrer quelque chose. Regardez bien.  »

(cas d’une transition « pause artistique » où l’enseignant a choisi de projeter un tableau de Dali à l’aide du vidéoprojecteur).

Un enseignant qui parle trop est un enseignant qui perturbe les élèves. Le message n’est pas toujours entendu ou perçu comme il faudrait. Dans les cas extrêmes, les élèves finissent par ne plus écouter.
De faire comme si tout allait bien. De ne pas regarder ce que font les élèves (s’ils réussissent majoritairement ou échouent, s’ils s’agitent, ne s’engagent pas dans l’activité…). Observer la classe de façon globale et plus particulièrement les élèves que l’on sait plus en difficulté, plus lents, plus rêveurs…

Circuler, étayer, apporter l’aide nécessaire, réguler, relancer, remotiver, …

Poursuivre une tâche « à tout prix » alors que les élèves sont exténués ou démotivés ou encore en échec sur la tâche proposée. Stopper l’activité et faire une transition, une pause.

Deux options possibles :

1- L’activité est inadaptée, l’enseignant a prévu une alternative. Après la courte pause, on redémarre sur cette dernière (à condition que le temps prévu pour cette séance ne soit pas dépassé outre mesure).

2- Les élèves n’en peuvent plus, la notion « ne passe pas ». Dans ce cas, l’enseignant arrête sa séance et la proposera ultérieurement dans la semaine sous une autre forme.

L’improvisation en termes d’organisation Prévoir la durée : courte ou importante en cas de réaménagement de la classe (passage d’un travail individuel à un travail de groupe). Anticiper la consigne et l’objectif donnés aux élèves.
EN FIN DE JOURNÉE OU DE DEMI-JOURNÉE
Les départs précipités dans l’agitation, le bruit, l’excitation. Préparer les élèves 10 min avant la sonnerie. En profiter pour vérifier le rangement, la propreté de la classe. Faire une synthèse de la demi-journée ou de la journée. Anticiper sur ce qui sera fait le lendemain ou en début de semaine suivante.

Clore la journée par une activité « sympathique » (chant, écoute musicale, quiz, …)

EN DÉBUT DE JOURNÉE OU DE DEMI-JOURNÉE EN ÉLÉMENTAIRE
Commencer par faire l’appel, parler en arrivant dans la classe pour donner des consignes multiples et variées. Instaurer qu’une fois entrés en classe, après les salutations d’usage, les élèves ont toujours quelque chose à faire immédiatement sans aucune consigne orale (celle-ci peut être rappelée au tableau).

Pendant ce temps de 5 ou 10 min, l’enseignant peut remplir son cahier d’appel sans dire un mot et sans perturber les élèves occupés.

Ce temps passé, annoncer le programme de la journée.

Reproduire tous les jours des rituels sans variété et sans progressivité en termes d’apprentissages. Surprendre les élèves, susciter leur intérêt pour des activités nouvelles.

Établir une progression pour les activités proposées prenant en compte la période de l’année, les projets, la difficulté des tâches, …

Toutes les activités qui suivent ne doivent pas être prise pour des activités traditionnelles de classe mais comme des activités de transition qui, tout en fournissant des apprentissages ou en les renforçant, permettent aux élèves de faire une pause. Elles se doivent donc d’être le plus ludique possible.

PROPOSITION D’ACTIVITÉS DE TRANSITION COLLECTIVES :

  • Calmer et revenir à une attitude d’écoute ou mettre en projet
  • Les consignes : elles peuvent être écrites au tableau…
  • Respiration, étirements (« stretching »), relaxation…
  • Instrument de musique à la place d’un « taisez-vous » ? Ou morceau de musique choisi (l’écouter entièrement en fin de journée – écoute active : instruments utilisés…)
  • Le rangement des cahiers en écoutant un morceau de musique (même morceau du répertoire classique sur une période donnée)
  • Le chant, les rythmes frappés à reproduire (pulsations), jeux de doigts…
  • Calcul mental (utiliser les ardoises)
  • Dire une poésie ou la lire
  • Lecture offerte d’un album, d’un passage d’un roman de littérature jeunesse, d’un conte (extrait ou entier si court)
  • Lecture suivie d’albums ou de roman par un élève ayant préparé la lecture oralisée
  • Exercices d’attention : reproduire graphismes, frises, dessins, hiéroglyphes (utiliser les ardoises)
  • Devinette ou charade
  • Jeux oraux (« le mot à trouver »…)
  • Jeux de kim
  • Jeux du « pendu »
  • Jeux mathématiques (le compte est bon, énigmes mathématiques, …)
  • Jeux pour développer l’attention (jeux de kim, du mot à trouver…)
  • Les exposés individuels ou collectifs
  • Jeux des chiffres et des lettres
  • Retour sur une activité de demi-journée précédente
  • Calculs chrono (calculs rapide en chaîne en temps limité)
  • Le jeu du silence ou du chef d’orchestre
  • Copie flash sur ardoise : mot présenté rapidement (3sec.) puis recopier de mémoire sur l’ardoise. Aller jusqu’à la phrase à recopier (objectif : orthographe lexicale et méthode de copie).
  • Le matin est écrit au tableau « le défi du jour ». Le défi peut être un problème logique (exemple en CE1 : continue la suite 99 – 96 – 93 – 90…), une devinette, une charade, une énigme, une figure géométrique à reproduire…. Quand les élèves ont fini leur travail, ils peuvent ainsi se confronter à cette situation problème. De nombreux ouvrages d’énigmes, de problèmes logiques, de charades et devinettes existent chez les éditeurs (Retz, Acces éditions, Hachette, éd. Le cherche midi, …)
  • Activité en arts visuels. Projection d’une œuvre d’art choisie au préalable par l’enseignant (en Cycle III, cette activité peut donner lieu à un rituel organisé par des élèves pour la semaine dans le cadre des responsabilités de classe)

ACTIVITÉS DE TRANSITION AUTONOMES :

Quand j’ai fini mon travail, je peux :

  • aller aider un camarade
  • préparer mon exposé (C3)
  • continuer un travail non terminé (C2 et C3)
  • continuer mon plan d’apprentissage (ou « plan de travail ») (C3)
  • illustrer mon cahier de poésie, de littérature, … (C2 et C3)
  • faire le choix d’une poésie à apprendre et la recopier
  • réaliser une fiche technologie, documentaire, … (C3)
  • faire une fiche : mots fléchés, mots croisés (logiciel gratuit Hotpotatoes), labyrinthe (C1 et C2), dessin à compléter, dessin à reproduire, devinettes (résoudre et inventer), charade (résoudre et inventer), énigme (résoudre et inventer), problème (résoudre et inventer)…(C2 et C3 )
  • choisir un nouveau poème à apprendre et le recopier dans mon cahier
  • revoir la chanson apprise en classe

ACTIVITÉS QUI PEUVENT ÊTRE RITUALISÉES EN DÉBUT DE JOURNÉE OU DE DEMI-JOURNÉE

  • Mot du jour
  • Phrase du jour
  • Journal radiophonique
  • Revue de presse
  • Présentation des exposés faits en classe (N.B. : un exposé n’est pas fait à la maison mais pendant le temps de classe. Ce travail doit donner lieu à un réel apprentissage des savoir-faire)
  • Présentation d’un fait divers
  • Lecture suivie/oralisée
  • Chant
  • Jeux d’expression orale
  • Récitation de poésie
  • Relevés météo (approche scientifique sur une période donnée sinon annonce courte du temps prévu et de la température)
  • L’énigme ou le défi du jour (à résoudre dans la journée – énigme littéraire, mathématique ou scientifique)
  • L’expression, le dicton, le proverbe du jour…
  • En maternelle, faire varier les rituels (absents, météo, jour semaine…) : s’ils sont indispensables car structurant le temps et l’espace, ils ne peuvent être exclusifs.
  • Prévoir un apport culturel de l’enseignant (présentation de la couverture d’un album, d’une affiche, d’un objet insolite, d’une nouvelle comptine, d’un atelier …) ;

Provoquer la surprise, stimuler l’imaginaire, mettre les élèves en attente, en projet… Planifier des temps dans la semaine où les élèves pourront présenter « quelque chose » (objet, livre, récit de vie…) après inscription de passage (MS/GS) – Limiter les places (1 à 2 présentations maximums sur un même temps)

Voir aussi activités rituelles