AEFE | Lycées français d'Afrique

Portail Afrique

Accueil > Ressources > Porfolio des enseignants débutants > Pédagogie et didactique > Pédagogie générale > Le procédé « La Martinière »

Le procédé « La Martinière »

Une description tirée du manuel de CM2 : « L’enseignement du calcul Jour après Jour « - M. BENHAIM chez Hatier 1969.

  • Les enfants ont devant eux leur ardoise et un morceau de craie.
  • Le maître pose la question et la répète une fois.
  • Le maître laisse les élèves quelques instants (au moins 7 à 8 secondes ou plus suivant la difficulté de la question).
  • Au signal (coup de règle), les enfants écrivent la réponse.
  • Au second coup de règle, les élèves doivent lever l’ardoise.
  • Le maître contrôle les résultats et on fait la correction.

Remarques : pour favoriser le contrôle, le maître demande aux élèves placés devant de laisser reposer leur ardoise sur la table en la tenant verticalement. Ceux qui sont placés derrière la lèvent un peu plus et ainsi de suite. Les élèves placés à la dernière rangée lèvent l’ardoise, à bout de bras et la tiennent à deux mains. Ainsi d’un coup d’œil rapide et sans avoir besoin de se déplacer, le maitre contrôle les réponses.

  • Il fait faire la correction au tableau par l’un des élèves qui s’est trompé et le fait verbaliser sur ses procédures.
  • Exiger de la part des élèves, l’obéissance aux commandements.
  • Ne pas oublier de donner le temps nécessaire à la réflexion avant de commander : « écrivez ».

N.B. : en 1969, la règle en bois était très utilisée par les enseignants de tous les niveaux de classe. De nos jours, on donnera le signal sonore avec tout autre chose (taper dans les mains, un coup de stylo sur un bureau, une clochette, …).

Conseils [1]

  • Éviter de stigmatiser les élèves et de pointer du doigt celui ou celle qui s’est trompé.
  • Éviter de dire en regardant (et/ou en pointant) les ardoises : « juste, juste, faux, juste ». L’anonymat est de rigueur. Il est inutile d’instaurer une forme de compétition entre les élèves. N’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’entrainement, et donc d’apprentissage.
  • Éviter de s’étaler en longues explications pour la correction. Le calcul mental doit être rapide et rythmé. Il s’agit avant tout d’automatiser des procédures.
  • Ce n’est pas à l’enseignant d’imposer une procédure de calcul. C’est aux élèves de la découvrir et de la formuler. Il est important en revanche d’induire la mise en balance par les élèves des différentes procédures pour faire trouver la plus rapide, la plus simple, la plus efficace, …

Rappel important : l’apprentissage des tables de multiplication se fait à l’école, en classe ; et non à la maison où l’on ne fait que les réviser, renforcer leur mémorisation.

Un peu d’histoire

Le major général français Claude Martin lègue en 1800 la plus grande partie de ses biens à des fondations charitables, secours au pauvres, libération des prisonniers, … et surtout une somme très importante à la ville de Lyon. À charge pour elle d’établir une institution pour le bien public de cette ville et il suggère la création d’une école pour instruire un certain nombre d’enfants des deux sexes.

En Inde, furent ouverts quatre collèges : un pour les garçons et un pour les filles à Lucknow et également deux à Calcutta. Ces collèges réputés, appelés « La Martinière », donnent toujours une éducation de type anglais très appréciée.


[1Bureau de l’inspection de la zone Afrique Australe et Orientale