AEFE | Lycées français d'Afrique

Portail Afrique

Accueil > Ressources > Porfolio des enseignants débutants > Les observables > L’évaluation des élèves > L’élève est pleinement associé à ses progrès et ses réussites

L’élève est pleinement associé à ses progrès et ses réussites

Livret de réussite, cahier de progrès, cartes d’apprentissage, retour oral fait aux élèves,…

Que ce soit en maternelle ou en école élémentaire, l’évaluation n’est pas un couperet qui tombe sur l’élève prévenu (ou pas) de celle-ci. L’évaluation a toute valeur pédagogique pour accompagner les élèves dans leurs apprentissages et dégager leurs réussites, leurs progrès et leurs difficultés restant à surmonter. Il est donc indispensable qu’en amont de tout apprentissage, l’élève sache ce qu’il va apprendre et quel sera l’objet de l’évaluation sans que celle-ci soit une « surprise ».

L’évaluation doit absolument être dédramatisée et les élèves pleinement associés à sa préparation. N’oublions pas que les apprentissages se font en classe et non à la maison ! Il est incongru dans le cadre d’un enseignement et d’une évaluation positifs de dire aux élèves d’apprendre leur leçon d’histoire à la maison pour le contrôle du lendemain. En revanche, planifier les révisions et faire une réactivation des savoirs et savoir-faire régulières dans la classe est une bonne pratique à adopter. Tous les critères d’évaluation doivent être connus des élèves.

N.B. (dans le cadre d’une évaluation sommative) : avec les élèves, il est préférable de parler d’évaluation des apprentissages plutôt que de « contrôle des connaissances ». Il n’y a pas de « pièges » dans une évaluation. L’objectif n’est pas de mettre les élèves en difficulté mais de contrôler les effets de l’enseignement mis en place. N’oublions pas que des résultats peu satisfaisants à une évaluation sont en majorité dus aux apprentissages mis en place par l’enseignant.

Préférer des évaluations courtes, ciblées sur un ou deux objectifs d’apprentissage (éviter les évaluations de plus de 10 min en cycle II et de plus de 15 min en cycle III).

Ne pas céder à la tentation de faire la « semaine des contrôles » précédant le remplissage des bulletins périodiques. Étaler les évaluations dans le temps.

Ci-dessous, des exemples de cahiers de progrès en CE2, issus du Lycée Français de Djibouti (Merci à Madame Estelle VAUXION pour son partage).

Le dispositif des cartes d’apprentissage

Vous trouverez également un fichier correspondant à la mise en place du « dispositif des cartes d’apprentissage » mis en place par Mme Corinne Pollack dans sa classe de CM2 au Lycée Jules Verne de Johannesburg. Elle s’inspire depuis 2014 des travaux d’Elise Veux, enseignante maître formatrice dans une classe de CP, dont vous pouvez retrouver le travail à partir du lien suivant : click

Le dispositif des cartes d’apprentissages a été créé pour répondre à la problématique suivante : Comment réussir à mettre en oeuvre une évaluation partagée par l’élève et l’enseignant ?

Les cartes d’apprentissages permettent de donner une réponse à cette problématique :

  • En verbalisant les apprentissages
  • En clarifiant la progression des apprentissages (l’échelle des savoirs permet à l’élève de savoir où il en est)
  • En rendant l’élève acteur de l’observation des apprentissages (« savoir où j’en suis pour travailler mes erreurs »)
  • En gardant une trace dans le cahier de progrès
    Le but est que l’élève s’approprie son propre chemin d’apprentissage à travers les cartes et qu’il puisse également identifier ses besoins.

La mise en oeuvre de ce dispositif nécessite que l’enseignant anticipe lui aussi, pour chaque période, les compétences des élèves qu’il doit leur faire acquérir, et ce dans toutes les disciplines. Les cartes représentent globalement sa progression annuelle, et chaque carte validée constitue le résultat d’évaluation que l’on peut reporter sur le livret scolaire.

Les élèves peuvent repasser les « cartes » (compétences) qui ne sont pas totalement acquises (En Cours d’Acquisition) avant chaque fin de période (c’est à lui de dire son choix, et de travailler pour « monter l’échelle »). C’est un travail important pour l’enseignant (tous les élèves ne repassent pas les mêmes compétences), mais les évaluations sont rapides, et lorsqu’un élève réussit, il est pleinement conscient de sa réussite ! Il voit les couleurs changer sur son cahier, cela l’encourage !

Vous pouvez également entrer davantage dans le détail en vous rendant sur le site suivant :Retour ligne automatique
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Des-cartes-d-apprentissages

Nous vous encourageons à mettre en place ce dispositif tant il est efficace et explicite.