AEFE | Lycées français d'Afrique

Portail Afrique

Accueil > Ressources > Porfolio des enseignants débutants > Pédagogie et didactique > Pédagogie disciplinaire > La lecture > Exemple de séquence en lecture CP

Exemple de séquence en lecture CP

Ci-dessous un découpage en séances (4 et plus) pour une progressivité des apprentissages en lecture au Cours Préparatoire.

Séquence de lecture en CP
Conseils généraux :
-  Favoriser les séances courtes qui n’excèdent pas 30 minutes
-  Favoriser la répétition
-  Associer mémorisation des mots, décodage et analogie avec mots connus (commence comme …, se termine comme …)
-  Éviter de parler plus que les élèves
o Les solliciter fréquemment, qu’ils lèvent le doigt ou pas…
-  Mettre en place des situations dans lesquelles tous les élèves sont actifs et attentifs
-  Éviter le plus possible les « fiches » photocopiées
-  Faire manipuler le plus possible la langue
-  Éviter le déchiffrage mot à mot mais favoriser plutôt :
o Hypothèse, vérification d’hypothèse,
o Prise d’indices (mots ou phrases de référence),
o Recherche sélective,
o Analogie,
o Raisonnement par éliminations.
-  Donner du rythme aux séances (éviter des échanges à l’oral de plus de quelques minutes)
-  Varier les dispositifs (seul, binômes, oral, écrit, ardoise, brouillon, étiquettes, images, etc.) pour éviter la lassitude des élèves
-  Rendre l’apprentissage ludique (jeux de Kim à l’ouïe, jeux de memory, etc.)
-  Accompagner les apprentissages (bannir la posture de contrôle frontale pour ce type d’apprentissage)
-  Valoriser les élèves
-  Donner à l’erreur un véritable statut d’apprentissage

SÉANCE 1
• Découverte du texte par les élèves (contenant des mots connus et des mots nouveaux).
Quelquefois, il sera utile d’associer une image au texte pour aider les élèves dans un premier temps. Les albums peuvent être un support riche (la plupart des méthodes de lecture proposent cette association image-texte)
Le texte est écrit en entier au tableau, ou mieux sur une grande affiche (qui pourra être conservée quelques jours). Veiller à sa lisibilité même du fond de la classe.
Laisser le temps nécessaire aux élèves d’observer le texte (3, 4 min)
• Poser des questions d’ordre général.
o Quel est le type de texte ? (Raconte une histoire, parle d’un animal, un conte, une recette, une lettre…)
 Quels sont les éléments du texte qui permettent de le dire ?
• Demander aux élèves quels sont les mots reconnus. Les valider, les entourer.
• Recherche des mots inconnus
o À partir du contexte
o En les déchiffrant
 Référence aux lettres, sons, mots connus
o En croisant le contexte et les éléments du code.
Il est important d’accepter toutes les propositions des élèves sans stigmatiser les erreurs commises.
Mettre en évidence les procédures : « comment as-tu fait pour lire ce mot ? », « est-ce que tu connais un mot qui lui ressemble ? », « quelle est la première lettre de ce mot ? », « combien de syllabes compte ce mot ? »
• Écriture des mots proposés au tableau, statut de l’erreur, valorisation de toutes les réponses.
Si le mot du texte est « bateau » et que l’élève propose « gâteau », le mot est écrit pour pouvoir le comparer avec celui du texte et mettre en évidence collectivement la différence, la prononciation de chacun des deux mots. Pour cela, un espace vide au tableau sera utilisé.
• Lectures multiples du texte à haute voix en évitant de « guider » la lecture avec la règle, le doigt, ou tout objet pointeur. En revanche, lorsqu’un mot pose encore un problème, on revient à l’étape précédente qui permet de retrouver le mot (aide des camarades).
• Questions et expression libre sur le sens du texte
On évitera autant que faire se peut des successions de phrases n’ayant aucun lien entre elles.

SÉANCE 2
Écoute active
• Lire le texte lentement en mettant en valeur le son qui sera appris.
Demander aux élèves quel est le [son] le plus fréquemment entendu.
• Demander aux élèves de chercher sur l’image du manuel ou mieux, de l’image projetée au tableau (vidéoprojecteur) les mots qui contiennent ce son.
Les écrire au tableau.
Un espace propre et suffisant est nécessaire – écrire avec soin et de façon lisible. Le vidéoprojecteur peut être aussi utilisé en parallèle du texte affiché.
• Demander aux élèves de trouver dans leur tête d’autres mots qui contiennent ce même son.
Les écrire
Là encore, il est important d’accepter toutes les propositions des élèves sans stigmatiser les erreurs commises. Écrire ces éventuelles erreurs pour montrer les différences entre les sons. Faire référence aux mots connus, aux affichages, …
• Repérage du son – graphème
Faire reconnaître le graphème dans chacun des mots énoncés et écrits au tableau et le mettre en exergue avec une couleur bien visible.
À l’écrit
Il s’agit de faire mémoriser les graphèmes, les mots et de lier graphie-phonie.
• Associer des mots et des dessins
Le logiciel « Hot Potatoes », gratuit et disponible en téléchargement permet de créer (entre autres) des exercices d’appariement (https://hotpot.uvic.ca/)
• Entourer les mots qui contiennent le son ….
L’utilisation de l’alphabet phonétique n’est pas conseillée car elle rajoute un nouveau codage qui n’apporte pas de plus-value pour les élèves.

SÉANCE 3
Discrimination visuelle, discrimination auditive
• Les élèves sont invités à lire le texte d’abord silencieusement.
Ce type de lecture silencieuse nécessite un entraînement.
• Quelques élèves (2 ou 3 maximum) lisent le texte à haute voix.
Comptage des syllabes et repérage du son dans le mot :
L’enseignant énonce un mot du texte. On le répète en tapant dans les mains sur chaque syllabe : PAN TA LON. Combien de syllabes ? « Il y a trois syllabes ».
Utilisation de l’ardoise pour mettre en exergue le nombre de syllabes.
« Dessinez trois ponts sur l’ardoise.
∩∩∩
Mettez une croix sous le pont où on entend le son [on]
Montrez les ardoise »

Alternative plus pragmatique (et moins chronophage)
Une fiche plastifiée utilisée toute l’année qui comprend des cases pour des mots de 1 syllabe, 2 syllabes, 3 syllabes, 4 syllabes (les mots au-delà de 4 syllabes sont trop complexes).
Cette fiche plastifiée est ensuite utilisée avec un feutre effaçable à sec (Type Velléda).
Schématiquement, on obtient une fiche de ce type (format A5 suffisant)

• Organiser les mots dans un tableau, en fonction de la position du graphème.

[on] – on / om

Début Milieu Fin
pompier retombe pantalon
ronde réponse torchon
bonbon mouton
bonbon

• Recherche des mots manquants (tâche de closure).
Lecture d’un texte dont les mots absents contiennent le son étudié.
Ce travail est essentiellement à l’oral. Une copie d’une ou deux phrases sur le cahier du jour est souhaitable (éviter un trop grand nombre de phrases à écrire)

SÉANCE 4, et ultérieures (entraînement, renforcement, transfert)
Travail sur les syllabes
Reconnaître rapidement une syllabe.
Lecture à haute voix d’une syllabe
Recherche de mots qui la contient à l’oral
Recherche de mots dans le texte qui contiennent la syllabe donnée
Utilisation du vidéoprojecteur pertinente : le texte est projeté, les élèves viennent entourer en couleur la syllabe donnée.
À l’oral
Lecture de nouveaux textes comportant une majorité de mots connus
À l’oral et à l’écrit
Séparer les mots d’une phrase.
Remettre des mots d’une phrase dans l’ordre
Caviarder un texte – suppression des mots inutiles
Texte avec mots partiellement écrits – compléter ces mots
Échange de mots dans un texte
Dictée de mots
Dictée de phrases

Conseils spécifiques
• Se donner du temps pour les élèves fragiles – ne pas hésiter à mettre en place des « ateliers de lecture » qui permettent à chacun de progresser à son rythme et à son niveau.
• Utiliser des fichiers de lecture en autonomie pour renforcer les compétences de lecture (ATEL, COCCINELLES, LECTORINO LECTORINETTE, COIN LECTURE, FICHIER ARTHUR, FICHIER ICEM, etc.)
• Donner aux élèves des textes à lire qui les motivent, qui sont proches de leur vie quotidienne, de leur environnement, de leurs préoccupations, qui les font rêver…
• Afficher les « découvertes », les textes qui nous plaisent, les choses qui nous font rire… (« la vache fait de la balançoire »)
• User et abuser de la « lecture offerte » pour donner aux élèves l’envie de lire
• Développer des stratégies d’apprentissage variées