AEFE | Lycées français d'Afrique

Portail Afrique

Accueil > Ressources > Porfolio des enseignants débutants > Pédagogie et didactique > Pédagogie disciplinaire > L’étude de la langue

L’étude de la langue

ORGANISER L’ETUDE DE LA LANGUE

L’arrêté du 9 novembre 2015 (programmes mis en vigueur à la rentrée 2016) fixe les horaires d’enseignement des écoles maternelles et élémentaires. La durée hebdomadaire est de 24 h (en France). Pour le français, les durées sont les suivantes :

Cycle 2 : cycle des apprentissages fondamentaux - 10 h
Cycle 3 : cycle de consolidation - 8 h

[…] il est d’autre part précisé que 10 heures hebdomadaires au cycle 2 et 12 h au cycle 3 sont consacrées à des activités quotidiennes d’oral, de lecture et d’écriture qui prennent appui sur l’ensemble des champs disciplinaires. Enfin, le temps de récréation (15 minutes en élémentaire) est à imputer de manière équilibrée dans la semaine sur l’ensemble des domaines d’enseignement (NDLR : 9,4 % du temps d’enseignement).

En appliquant cette dernière recommandation et sur la base d’une récréation imputant de 2 h 15 les temps d’enseignement, la durée hebdomadaire consacré à l’enseignement du français est de :
Cycle 2 : cycle des apprentissages fondamentaux - 9 h 10 environ (544 min)
Cycle 3 : cycle de consolidation - 7 h 15 environ (435 min)

Quelques éléments clefs pour organiser l’enseignement du français sur la semaine de classe :

* Il est impératif de respecter le volume horaire pour ne pas entraîner des déséquilibres sur les autres temps d’enseignement (cf. ci-dessus).

* L’emploi du temps, dans la mesure du possible, doit être équilibré entre les différentes entrées disciplinaires et doit offrir une alternance des types de séances, des durées, des entrées pédagogiques propices à relancer l’intérêt, l’activité et la motivation des élèves.

* Le français doit s’organiser autour des activités langagières (Langage oral / Lecture-Écriture) qui représentent la majorité du temps consacré au français (NDLR : et non pas l’étude de la langue sous forme de « leçons de vocabulaire », « leçons d’orthographe », « leçons de grammaire » qui seraient dénuées de toute contextualisation faisant du sens pour les élèves).

* L’étude de la langue se fait en contexte, au sein des séance de lecture et d’écriture où la langue joue pleinement son rôle, mais aussi avec des activités explicites plus spécifiques destinées à en faire comprendre le fonctionnement en privilégiant la mise en évidence des régularités (NDLR : sans pour autant faire des séances totalement « décrochées » de ce qui a été fait en lecture/écriture pour garder du sens à ces apprentissages - on approfondit les connaissances des « règles » de la langue découvertes - et non apprises par cœur sans objet d’étude - dans le but d’améliorer les compétences du Lire/Dire/Écrire -).

L’étude de la langue se construit en articulant des activités d’oral, de lecture et d’écriture et des activités spécifiques (environ 130 min hebdomadaires - NDLR : dépasser ce cadre horaire pour ces activités spécifiques serait contre-productif et n’apporterait aucune plus-value en termes d’apprentissages pour les élèves -) pour réfléchir sur le fonctionnement de la langue.

Chaque semaine, il faut articuler et coordonner un faisceau d’activités :

* des activités de résolution de problèmes pour chercher, manipuler, comparer, observer des éléments pour comprendre le fonctionnement de la langue (NDLR : et en dégager des règles… et non l’inverse qui consisterait à partir de la règle pour l’appliquer dans la langue orale ou écrite).

* des activités pour s’entraîner et automatiser (activités régulières mais courtes avec une explicitation forte)

* des temps de consolidation et de structuration des connaissances.

À partir de ce cadre, il est possible d’élaborer une proposition d’organisation pour l’enseignement du français sur une semaine en CM1 ou CM2.

D’après le document Eduscol « Organiser l’étude de la langue » - Sept 2016

Pour en savoir plus :

La dictée négociée (vidéo - réseau CANOPE)

Outils :
Une liste de 727 mots que l’on peut distribuer en début d’année et faire apprendre aux élèves en CM1 (extraits de l’échelle Dubois-Buyse) en téléchargement ci-dessous. Cet exemple peut être reproduit à tous les niveaux de l’élémentaire.